Compte-rendu : La Bouillonnante @ Bouillon – 3 mai 2014

Cette fois nous y sommes, c’est le jour J ! Le trail pour lequel je me suis préparé pendant 11 semaines est arrivé : La Bouillonnante avec ses 56 km et 2400 m D+ est au programme !

Réveil 4h15 - La Bouillonnante 2014
Réveil 4h15 – La Bouillonnante 2014

Samedi 3 mai 2014, 4h15, le réveil sonne, ma nuit n’a pas été trop mauvaise. Petit déjeuner habituel avec ma dame qui me fait l’honneur de me soutenir de si tôt matin 🙂 Tout est prêt depuis la veille : le sac, les bidons, l’alimentation, etc… 5h, un dernier bisou et direction Bouillon pour environ 2h de route…

Arrivé sur place aux environs de 6h50, je trouve rapidement une place de parking non loin de la zone de départ. Je vais retirer mon dossard dans le calme, avant la tempête, le prénom y est inscrit… Je trouverai tout l’intérêt de cette attention plus tard… Retour à la voiture où je me prépare, vérifie et ajuste le matériel une dernière fois. Pas de prise de tête, je prends tout mon temps malgré ce petit stress ressenti depuis mercredi… Heureusement, le coup de fil de Vincent jeudi m’a rassuré et estompé quelques craintes… MERCI ! Je remonte sur l’esplanade de départ et retrouve Julien et sa dame qui va le suivre sur le parcours : bravo pour s’y retrouver sur le plan fourni par l’organisation…

Cour du Château - La Bouillonnante 2014
Cour du Château – La Bouillonnante 2014

Vers 8h15, direction la cour du château pour le briefing. Vincent nous rejoint avec ses comparses du jour : l’équipe des « truites argentées » (ou « dorées », je ne sais plus) si ma mémoire est bonne 😉 L’organisation nous révèle, entre autre, le feu vert pour les passages à gué avec l’eau à une certaine hauteur…

Tunnel départ - La Bouillonnante 2014
Tunnel départ – La Bouillonnante 2014

Le départ est donné vers 8h45, tout le monde s’élance et traverse le « tunnel » pour sortir du château. Il y a beaucoup de spectateurs pour encourager la masse de traileurs qui prennent part à cette épreuve. La course des 35 et des 56 km démarre en même temps, soit environ 1000 participants.

Vincent - La Bouillonnante 2014
Vincent – La Bouillonnante 2014

Nous passons dans la ville et arrivons assez rapidement sur les sentiers. On papote avec Julien, non loin du groupe de Vincent qui mitraille à tout va ! Plus le chemin se rétrécit, plus l’allure diminue et nous sommes à l’arrêt de longues minutes au pied de la première difficulté au km 3. L’ambiance est bonne ! Dans la descente, je coupe un peu les lacets et me retrouve une première fois le cul par terre… Qui fait le malin…

Crêtes de Frahan - La Bouillonnante 2014
Crêtes de Frahan – La Bouillonnante 2014

Je pense ne plus être accompagné de mes comparses et vers le km 9, l’ascension technique des crêtes de Frahan se présente, en file indienne. Je suis bien heureux d’avoir suivi le conseil de Vincent : emmener mes bâtons, super utile en montée comme en descente. Le sommet offre un magnifique point de vue. Le paysage est splendide ! Je me sens bien, je m’hydrate bien depuis le début de la course.

La descente des crêtes m’emmène au 1er ravito vers le km 12 : banane, raisins secs et morceau de pain d’épice au menu. Je fais le plein de mes 2 gourdes et retire ma chaussure droite, une petite pierre me gêne depuis un bon moment. Je prends aussi conscience que je n’ai pas encore pris un seul gel énergétique, et ce après un peu plus d’1h30 de course. Vive la cure de malto !

Direction 56 km - La Bouillonnante 2014
Direction 56 km – La Bouillonnante 2014

C’est directement reparti pour une première bosse, enchainée d’une seconde longue montée de plus de 2 km. Au sommet de celle-ci, je prends un 1er gel et décide à cet instant de m’alimenter toutes les 45 minutes environ en variant les plaisirs : gel, sucré, salé et pâte d’amande. Au km 18, un choix est à faire : je n’hésite pas une seule seconde et me dirige sur le parcours des 56 km. Après tout, c’est pour cela que je suis venu non ?!

La Bouillonnante 2014
La Bouillonnante 2014

Ce trail est très technique : beaucoup de singles tracks, de roches, de montées et de descentes bien raides. Il m’est impossible de prendre de la vitesse en descente, je suis sur la défensive, je veux arriver au bout et privilégie l’économie de mon genou gauche. Mais que ce paysage est beau ! C’est un régal pour les yeux !

Les 4-5 km, avant Mouzaive et le second ravitaillement du km 30, se font à bonne allure. Les sensations sont très bonnes mais je commence à avoir un petit creux, j’ai faim… Au bout de la passerelle qui traverse la Semois, les gens attablés à la terrasse d’un bistro encouragent tous les coureurs… C’est vraiment chouette ! Au ravitaillement en eau et coca, je prends mon temps, je ne suis pas à 5 minutes près. Je tartine mes pieds avec la crème NOK que j’avais emportée car les pieds ont bien surchauffé dans cette dernière partie. Je me refais un bidon avec la poudre énergétique et sort le sandwich mou à la dinde que je m’étais préparé. Je l’avalerai dans l’ascension qui suit tout de suite après le ravito. Jusque là, tout allait bien…

Les 13 km suivants sont une succession de montées et de descentes bien techniques. Je commence à bien le sentir dans les jambes mais l’allure ne faiblit pas (trop)… Sur ce tronçon, je fais la connaissance d’Olivier et nous papotons pendant un bon bout de temps. Forcément, ça aide et les kilomètres défilent. Cette année, il est inscrit sur l’Ardennes Mega Trail et la TDS !!! Chapeau !

Nous arrivons ensemble au 3ème ravito, le second passage à Frahan. A nouveau j’engloutis un morceau de banane, des raisins secs, un bout de pain d’épice et 2 TUC salés.

Direction THE WALL ! Un chronométrage du meilleur grimpeur a lieu dans cette partie. La montée est abrupte à souhait et à travers tout. Je suis Olivier qui grimpe bien. Arrivé au sommet, j’y lance mes bâtons car les derniers 2-3 mètres à gravir s’apparentent à de l’escalade et j’ai besoin de mes 2 mains. Dans la descente, j’ai du mal à récupérer de cet effort et je fais du tape cul pour la seconde fois. Mes pieds souffrent terriblement, les orteils buttent dans le fond de la chaussure tellement je freine. Les quadriceps ont de plus en plus de mal à encaisser. La montée suivante est bien hard également avec un sol très caillassé qui se dérobe sous nos pieds, ça glisse…

Les échelles - La Bouillonnante 2014
Les échelles – La Bouillonnante 2014

Nous arrivons au passage des échelles : 1 descente, 1 montée et à nouveau 1 descente. J’ai de plus en plus mal aux jambes et aux pieds. Je perds de vue mon compagnon d’échappée qui descend comme une gazelle. A ce moment, c’est le mental qui va jouer et primer sur le physique car j’ai un point de côté depuis plusieurs minutes qui me force à marcher par moment…

J’ai vraiment l’impression que le parcours s’est endurci depuis THE WALL !

Gué 1 - La Bouillonnante 2014
Gué 1 – La Bouillonnante 2014

Au km 50, c’est le dernier ravitaillement : un petit verre de coca et ça repart… Jusqu’au 1er passage à gué. Il est long et j’ai de l’eau jusqu’en haut des cuisses ! Ca rafraichit ! La traversée se fait en tenant la cordée soutenue au milieu par un GO. Je retrouve un peu de jambes par la suite et me sent plus à l’aise en montée qu’en descente, mes pieds sont moins mis à contribution.

Second passage à gué en bas de la descente, le fond est moins profond cette fois…

La fin du parcours est un calvaire… Les descentes seront mon chemin de croix. Je me fais doublé à plusieurs reprises par d’autres concurrents bien plus en jambe malgré le kilométrage effectué. Je m’en fous ! J’irai au bout !

La fin est très proche, j’entends la musique au loin…

Dernière montée vers le château… c’est une folle ambiance ! Je suis transcendé par tous ces gens qui m’encouragent et me félicitent ! Ils crient : « Bravo Ludo ! Allez Ludo ! Courage Ludo, c’est l’arrivée ! » etc… Je comprends maintenant l’utilité du prénom sur le dossard ! A chaque mots, je ne peux m’empêcher de les remercier… Porté par la foule, je retrouve un sursaut d’énergie pour finir et effectuer cette dernière ascension en courant !

Mon temps - La Bouillonnante 2014
Mon temps – La Bouillonnante 2014

C’est fini ! J’arrête ma montre après 7h49′ 15″ de course et prends tout doucement mesure de ce que je viens de réaliser en m’alimentant et en buvant…

Je sors du chapiteau et veux contacter mon épouse pour la rassurer. Je constate qu’il ne me reste que 1% de batterie sur mon iPhone qui se coupe… Oups ! Je trouve alors une âme charitable qui me prête son téléphone ! Merci à lui !

Direction la douche, puis un petit cornet de pâtes pour la récup. Je retrouve Julien et Vincent qui sont également venus à bout de la Bouillonnante ! Félicitations ! Je ne tarde pas trop car il me reste 2h avant de réintégrer mon nid… Quelle aventure, quelle journée et quel magnifique trail !!! Que du bonheur !

Le classement officiel m’indique que je suis 232ème en 7h51′ 37″ sur 448 finisher des 56 km.

Le lien vers mon MOVE et vers mes autres photos.

Que dire pour conclure ?!

  • Une organisation sans faille avec un 24, un 13 km et une course enfants en plus pour cette journée. Un parcours magnifique dans un lieu magique, sans doute le trail le plus relevé auquel j’ai participé. Non seulement en ce qui concerne le kilométrage et le dénivelé, mais aussi par la qualité du trajet proposé ! WAW ! J’ai dégusté !
  • Des rencontres, du plaisir, du partage sont aussi les ingrédients nécessaires pour une journée réussie ! Merci à vous qui vous reconnaîtrez !
  • Que faire pour que mes cuisses encaissent mieux le dénivelé ? Surtout en descente… 
  • Que faire pour que mes pieds souffrent moins ? Pour les ampoules, ça peut aller… Mais le bout des orteils est bien endolori…
  • La distance, le dénivelé… je n’ai pas vu le temps passé… J’en redemande ! Bienvenue dans le cercle des trails de plus de 50 km, c’est impressionnant ! Je continue ma progression ! Yeah !
Publicités

18 réflexions sur “ Compte-rendu : La Bouillonnante @ Bouillon – 3 mai 2014 ”

  1. Super Ludo! Les photos sont vraiment sympa! Un très joli chrono même si l’objectif du premier est de finir! Bonne récup!

    1. Merci Fred ! Pas facile de prendre de belles photos : le temps de dégainer l’iPhone et caser les bâtons, c’est toute une organisation ! 😉
      Finisher, c’était l’objectif numéro 1 ! Après, le chrono… bonus ! 🙂

  2. Que dire si ce n’est : BRAVOOOOOO ! Selon les critères de l’Itra (international trail running association) tu rentres ainsi dans le milieu de l’ultra trail ☺️ ! À te lire, terminer ce trail n’est déjà pas évident, le finir dans les délais impartis (8h15′ pour 56km) est vraiment remarquable ! La distance ok, mais l’allure, je n’y suis pas encore ! Pas certain que je m’y alignerai de sitôt même si ton CR donne envie de visiter la région. Très bonne récup à toi et encore toute mon admiration devant ta perf ! Une idée de ton prochain objectif ?

    1. Merciiiiiii Christian ! Si selon l’ITRA, je suis ultra traileur, je prends ! Même si pour moi, je vois l’ultra trail avec une distance bien plus longue encore… 100 km ?! 😉
      Je trouve que la barrière est un peu short tout de même, je ne suis que 25′ au dessus après tout…
      Alors, la suite sera le Festival Trail Semois, le 1er w-e de juillet : 55km et 1600m D+ si ma mémoire est bonne. Objectif Finisher et essayer de trouver un certain confort sur ces distances… Mais, avant ça, on se voit à Namur le 9 juin pour le Trail Namur Capitale ! À bientôt !

    2. Christian, n’hésites pas à te lancer la barrière horaire cette année était en réalité beaucoup plus large. Elle était de 7h à Frahan ! Plus de raison de t’y lancer 😉

    1. Merci Oli pour ton chaleureux commentaire ! Lance toi, avec une prépa un peu sérieuse, ça passe… D’autant que vu tes sorties et courses, tu as un super niveau !

  3. En te lisant j’ai l’impression de revivre cet événement.Bravo à toi car ce n’était pas de tout repos!Très difficile quand même il faut le dire.Pour moi c’était une 1 ère aussi (juste 3 trails à mon actif sur 25 km seulement),donc un défis!!!J’ai adoré et prête à recommencer une longue distance 🙂 Bonne récupération.

  4. Félicitations, Ludo. C’était une expérience inoubliable. Malgré mon entorse, je reviendrai l’année prochaine pour les 56 km ( j’ai fait les 35 cette année). On adore le trail et j’ai du plaisir à lire les expériences des autres fous.

  5. Quelle journée !! Merci également pour les kilomètres parcourus ensemble ! En tout félicitation pour ce premier gros objectif ! Je n’ai qu’une hâte être sur le prochain trail sans cette fatigue pour pouvoir en découdre à 100%. Et tu y seras aussi donc on risque de bien se challenger 😉

Un mot sympa ?! A toi de jouer !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s